By extending the remit of PCCs, the government is playing with fire

By extending the remit of PCCs, the government is playing with fire

Jacqueline Baxter, The Open University

The UK government has proposed to extend the remit of Police and Crime Commissioners (PCCs) to cover other emergency services, including fire and rescue.

The system has been called a “failed experiment” by the Independent Police Commission, and has continued to attract criticism since its inception in 2012.

So why widen the remit of PCCs, in light of so much criticism? Looking back on issues surrounding the system gives some insight into challenges facing any extension.

Chequered history

The PCCs replaced an old three-pronged system of police governance, which was comprised of the home secretary, the Local Police Authority and the local chief constable. It was hoped the new system would address accusations that these authorities were opaque, that their membership was largely hidden from public view and that they were far too distant from the communities they claimed to represent.

Under the new system, PCCs are elected by the general public and “held accountable” by police and crime panels, which are made up from all local authorities within the force area PCCs. Elected PCCs possess a great deal of power. Their many responsibilities include creating a police and crime plan, and setting the police precept – the share of council tax received by the police, commissioning victim and community safety services. Perhaps their most contentious power is to appoint and dismiss the chief constable for their area.

From the beginning, the system failed to make a favourable impression: the first PCC election was described as a “bungled” affair, after a voter turnout of just 15.1%. It was later revealed that 37% of those on the register said they failed to vote due to “lack of awareness” about the elections and the candidates who were running. To make things worse, the cost of this farcical election ran as high as £4m; pretty high considering the 2011 estimated total cost for holding mayoral referendums in 12 cities in 2011 was £2.58m.

The new model has also come under sustained criticism from both the Local Government Association (LGA) and The Home Affairs Select Committee, which have both voiced concerns over lack of democratic representation due to the spectacularly low voter turnout. The Stevens Report by the Independent Police Commission, published in November 2013 described “serious disquiet” over both concept and workings of the system, and called for a new system to put the structural defects of the present one to rights.

A flawed democracy

The “strong democratic mandate” promised by the new system has simply not happened, and not just because of low voter turnout. The problems since then have been many and varied.

One of the most troubling issues is the inability of the Police and Crime Panels to hold PCCs to account. According to research by the University of Leeds’ Dr Stuart Lister, this is largely due to the legislative weakness of the panels, which leave them without substantive powers to veto the decisions made by PCCs. Another problem Lister revealed is that 68% of panel members shared the same political affiliation as the PCC, leading to political partisanship in the system.

Adding to these concerns, a number of scandals have dogged the new system. These included the resignation and suspension of high profile chief constables, which became the subject of a critical report by the Home Affairs Select Committee. The report urged the government to bring in a range of amendments, to ensure that the panels had the information and authority necessary to fulfil their role. They also suggested that the Local Government Association take an in-depth look at the panels’ experience with handling complaints.

Image problems

Representation has also been a problem from the beginning. News stories ranged from accusations of cronyism to charges of ineptitude against the PCCs. Poor gender balance is another issue: of the 41 current commissioners, only six are women, while 15 out of 41 seats were contested by an all-male line up of candidates.

Vera Baird – PCC for Northumbria.
Policy Exchange/Flickr, CC BY

There is also a complete lack of representation of ethnic minorities. There were only 20 candidates from ethnic minorities, and none was elected. The Home Affairs Committee puts this down to the requirement for would-be candidates to provide 100 signatures supporting them, alongside a fee of £50,000, which are supposed to “discourage frivolous candidacies”.

To the rescue?

Under the government’s proposals, PCCs would take on responsibility for fire and rescues, where doing so would be “in the interests of economy, efficiency and effectiveness, or public safety”. The consultation also suggests that a single employer could take responsibility for both fire and policing, under the governance of the PCC.

A number of challenges would have to be overcome. The boundaries of several fire and police services do not currently align – changes would have to be made to bring coherent areas under the auspices of individual PCCs.

There is considerable concern from the unions that the culture and purpose of the two services are far too distinct to be brought together under one system of governance. Paul Embery, the Fire Brigades Union (FBU) regional secretary for London, has argued that the move is based on the government’s wish to get rid of “awkward”, locally-elected councillors who block its attempts to cut services.

Others feel that this is part of a plan to undermine the power of both police and fire professionals, in a similar vein to the project which replaced 15,000 police staff jobs with a “home guard of 9,000 unpaid police support volunteers”. According to UNISON – the biggest union for police staff – the project was never the subject of proper public debate or scrutiny.

In light of these issues, it seems ill-advised to roll out a clearly flawed system to encompass an even wider remit. If the proposals go ahead without a review of the existing system, then the government could be playing with fire. It certainly risks further undermining public confidence in accountability and governance of the British emergency services.

The Conversation

Jacqueline Baxter, Lecturer in Public Policy and Management , The Open University

This article was originally published on The Conversation. Read the original article.

Evolving models of governance in public services

A recent paper written with Prof Catherine Farrell of The University of South Wales, investigated changing models of governance within four public services in England and Wales : Fire; health; policing and education.

The paper, which was given a the Policy and Politics Conference in Bristol (Sept 14-15 2015)  investigated the theories underpinning public service governance models and how far each could be said to be ‘democratic’.

What came through very strongly in the research was that Wales, in contrast to England, still focused largely on democratic modes of governance in services that were devolved : education and health. Whereas in England the marketised approach , particularly in education and health has led to adoption of very different modes of governance . For example-

The Health and Social Care Act 2012 introduced more changes in the way that the NHS is organised in England. These reforms, implemented on in April 2013 included a move to clinically led commissioning groups, (CCGs), responsible for planning and purchasing health care services for local populations and now responsible for 60% of the NHS budget. There are 121 of these groups and they have replaced the 152 Primary Care Trusts (PCTs).  The CCGs operate under ‘NHS England’ which is an independent organisation which in common with many networked governance structures, operates at ‘arm’s length’ from the government (see for example Burnham, 2001; Clarke and Newman, 1997). NHS England’s role is to provide national leadership in health, to oversee and allocate resources to the CCGs, and to commission specialist services.

In Wales , the original model of stakeholder representation is still operational, remaining relatively unchanged since the 1940s- this is also the case for education. Compared with the highly complex systems of governance in education and health in England, the stakeholder model appears relatively straightforward. Models of educational governance in England have been radically changed since the inception of the academies programme- a move that gave schools financial and curricular independence and removed many from LEA control. These schools have necessitated a very different approach to governance – an approach that largely reflects the weighty financial and other responsibilities that are now shouldered by governors.

The Trojan Horse affair in 2014 revealed just how far England had moved from the system of local accountability, based on Local Education Authority control. It also highlighted the gaping vacuum left by their demise, a factor that prompted the advent of a new innovation in local control. School commissioners , supported( and possibly but by no means probably) held to account by head teacher boards. There are to date just 8 Regional School Commissioners, whose mandate is to provide a local focus of accountability for academies in their region , unfortunately these individuals are also held to performance criteria, one of which is the opening of new academies on ‘their patch’.

The government have been slow to recognise this fundamental conflict of interest, only recently announcing their intention to look again at the role of RSCs: a forthcoming inquiry into their role and function, will no doubt reveal to what extent the system is functioning.

Investing power in a single person seems to be an increasingly common facet of public service accountability in England. Police and Crime Commissioners elected in 2012 have radically changed the whole area of police governance. Purportedly held to account by Police and Crime Panels, the system has suffered from considerably more than ‘teething problems’, as the Stevens report reflected.New proposals by the government that would enable PCCs to encompass fire and rescue services within their remit , will no doubt provoke considerable opposition by those who feel that the PCCs already wield too much power and are not in effect held to account by their PCPs due to the ‘toothless’ legislative powers that bind them. 

Prompted by an interest in exploring cross service learning, this is our first foray in looking across the public sector at governance and accountability. We will be following this up with a paper that examines the role of  public service inspection in England and Wales. We hope that this work will yield practical and theoretical insights to the complex and changing world of public service governance and democratic accountability.

You can find a full copy of the paper here

Like it or not, schools are being converted into academies – that’s anti-democratic

Jacqueline Baxter, The Open University

As children head back to class this week, another school will be opening its doors for the autumn term as an academy – in spite of opposition from parents and the community. From early September the Hewett School, a secondary school in Norwich, will form part of The Inspiration Trust, a not-for-profit charity which runs a chain of academies. In yet another blow for democratic governance the school is the latest in a long line to be converted against the wishes of many of its parents and the governing body, raising renewed questions about the democratic governance of the English education system.

As in the case of a number of other schools graded inadequate and subsequently turned into academies, it is only a short time ago that the Hewett School was judged to be “good” by schools inspectorate Ofsted. In May 2013 it received a “good” report in all areas – an improvement on its previous grade of satisfactory – with teaching graded as good and sometimes outstanding. But in November 2014 the school was placed in special measures after a follow up Ofsted inspection.

A monitoring visit paid to the school in February 2015 showed that although there were still outstanding issues, progress was being made. A follow up visit in May 2015 confirmed that the school was making reasonable progress towards the removal of special measures. But in March 2015 the Department of Education (DfE) had already informed the school that it was to constitute the governing body as an Interim Executive Board (IEB) and that it was possible that the school would become an academy. The final decision, that the school would be academised and taken over by The Inspiration Trust, was made in August 2015.

Of the parents that participated in the consultation, 4:1 were against it. In some cases respondents to the questionnaire accepted conversion to academy but questioned the process, the lack of choice of sponsor and a failure to communicate effectively why such a decision had been made.

A pervasive sense of dissatisfaction with the choice of sponsor was a key reason why many were so against it being turned into an academy. The reasons given for this in the consultation were: “perception of the ethos of schools in the trust, political links of the trustees, the governance arrangements of the trust and lack of accountability.”

The Inspiration Trust has been linked to controversy. The trust, headed by Dame Rachel de Souza, ran one of three schools that were the subject of an investigation by Ofsted following allegations in 2014 that they had received prior notification of inspection dates due to De Souza’s position as both a “superhead” of the three schools and as a part-time school inspector. This raised questions about the detrimental effects of employing practising headteachers as inspectors. In January 2015, the schools were cleared of wrongdoing by an independent review of Ofsted’s original investigation.

Convert or close

The government’s academisation project took another leap forward earlier this year when the education secretary, Nicky Morgan, announced her intention to address the problem of “coasting schools”. The government plans to convert these schools – who fail to ensure that 60% of pupils gain five A* to C grades and don’t have a “credible” improvement plan – to academy status. This is in spite of the fact that to date there is no convincing evidence that the current system of academies improve performance.

Morgan and Cameron continue the academy drive.
Reuters/Stefan Wermuth

As the education and adoption bill – the legislation seeking to implement Morgan’s proposals – makes its way through parliament after the summer recess, the outlook for coasting schools that resist conversion looks decidedly bleak.

Resistance against “forced” conversion is not a new phenomenon. The Anti Academies Alliance contains a catalogue of conversions of local authority-run schools into academies that were bitterly opposed by governors and parents. Many within education and outside of it are opposed to the highly politicised nature of conversions and the lack of evidence that these conversions are in the best interests of the students.

Holding school commissioners to account

Tensions surrounding the whole area of forced academisation are also reflected in the new system of local accountability, set up by the government in response to the public and political outcry surrounding the so-called “Trojan Horse” affair in 2014, and fears over an Islamic extremism agenda in Birmingham schools. The affair exposed the dearth of local accountability that prevails in many regions of England, caused by an erosion in funding and consisted media attacks undermining public trust in local education authorities.

Under the new system, eight regional school commissioners (RSCs), appointed by the DfE are advised by a headteachers board made up of four elected academy heads and “experienced professional leaders” to provide sector expertise and “local knowledge”.

The scheme immediately provoked questions following the announcement that one of the key performance measures for RSCs was the number of academy conversions they had each achieved within a given period. Although this may yet be reversed, the whole area of school commissioners, how they are held to account and how they manage the vast areas that fall within their remit, is still not clear.

The relationship between regional commissioners and headteacher boards is also fairly vague and is contained in a single line on the DfE website which states that:

Each RSC gets support from a headteachers board (HTB). HTBs are made up of experienced academy headteachers who advise and challenge RSCs on the decisions they make.

What is not clear is what power headteacher boards have to veto any decisions made by a regional commissioner.

The whole system of accountability in education is worrying to say the least. It is far from clear how the current arrangements are fit to ensure that those in leadership positions are abiding by the seven principles of public life: that they are acting in the public interest with integrity, objectivity, openness and that in their leadership roles they are acting in accordance with these principles.

Parliament’s education select committee is now starting a inquiry into how RSCs will be held to account, and will also explore their relationship to Ofsted, individual schools and local communities. It is hoped that MPs’ findings will do something to provide clarity in the increasingly muddy and obfuscating system of educational accountability in England today.

The Conversation

Jacqueline Baxter is Lecturer in Public Policy and Management at The Open University

This article was originally published on The Conversation. Read the original article.

School Governor Identities Update

The school governor identities project has now been running for six months. During this time I have carried out over 50 interviews with school governors from all over the country.

The project aims to investigate the influences of various factors on school governor identity at a time of great changes to the education system in England.

The project investigates areas such as : the media influence on governors; how governors become confident in their role; what brought them into the role in the first place; what they imagine to be ‘school strategy’; how they see themselves as leaders; what governors feel about inspection and their role in it.

Some of the data will be published in a forthcoming book : Governors: Policy , politics and practices (Policy press ), I will also be writing a number of articles and blog posts over the next six months.

The survey is still running so if you ‘Picture1

haven’t had a chance to complete it you still can –

The responses so far have been fascinating , not least in the area of governor learning and development , governor web use and governor perceptions on strategy and leadership . I will be posting an update soon on these areas.

best wishes

Jacqueline Baxter – Lecturer in Public Policy and Management : The Open University Business School .

Changing focus

For those that follow this blog and my column in The Conversation I am changing my focus in terms of research.

Changes to UK public services within the last 10 years have not only led to increasing marketisation but have also introduced new challenges for public service governance. These changes are very interesting if viewed across the public sector rather than in isolation.

Education IS a public service ; when Bevan designed the welfare state it was central to his thoughts on re building post war Britain. But since then it has as a discipline, become increasingly isolated from the rest of the public services.

Working with other public services on areas such as inspection really brings to light the similar challenges that services are facing in today’s public service.

Writing with Professor Catherine Farrell from the University of Cardiff , we are looking across four services: fire; police; health and education to pinpoint the changes to governance structures over the last five years. The paper will be presented at the Policy and Politics Conference in the autumn 2015. This will be followed by a paper on inspection in the four services.

In light of this changing focus I have moved to The Open University Business School – – ranked in the top third of business schools worldwide.

As a member of the Department for Public Leadership and Social Enterprise my new role leaves me well placed to pursue research into leadership and governance across the public sector. It also provides new and fruitful contacts in the area of volunteer identity – another of my research interests (see

I hope that you will continue to find this research interesting and that broadening the scope will lead to new insights and avenues for exploration .

In due course my Column on The Conversation will also be reflecting this change.

best for now – Jacqueline 11874974_513560555474381_8608644936462473404_o

Faire sens de la gouvernance des écoles en Angleterre : sources d’information et défis.

Faire sens  de la gouvernance des écoles en Angleterre : sources d’information et  défis.


Les changements aux système d’éducation anglais qui ont mené à une plus grande autonomie financièreet curriculaire des écoles ainsi que le nombre  croissant de chaînes d’académies et de fiducies fédérées – des groupes d’écoles régis par un seul gouvernance  des écoles  – se sont combiné pour créer un environnement très complexe pou“gouvernance” des écoles r . En prennant appui sur études précédentes des identités ocupationelles ans le secteur public (voir le Baxter, 2011; Baxter, 2012b ; Baxter et sage, 2013), cette étude s’intéresse aux manières par lesquelles les gouverneurs d’écoles font sens de leur environnement et, à travers ce procédé de fabrication de sens, créent des identités professionnelles fortes et saillantes. À partir de données qualitatives recueillies aux moyens d’entrevues réalisées auprèes de 30 gouverneurs,  combinés à des données quantitatives tirées d’un projet en cours au sujet des identités des gouverneurs, cet article examine les différentes sources d’information mobilisées par les gouverneurs afin de faire sens de leur rôle. Cette étude évalue ensuite les défis auxquels sont confrontés les gouverneurs pour faire sens d’un rôle de plus en plus complexe et professionalisé. Cette article conclut que les pressions grandissantes qui s’exercent sur la responsabilité des gouverneurs mèene ces derniers à utiliser une multitude de sources d’information, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du contexte scolaire, et que ce mouvement est largement dirigé par l’idéal d’un “gouverneur professionnel”, politiquement motivé par des réformes scolaires qui mettent un accent important sur l’éducation en tant que marché. Ceci en retour met une pression indue sur l’idée de gouverneurs comme bénévoles et peut à long terme avoir un impact sur le recrutement et la rétention des gouverneurs.


L’Angleterre et le Pays de Galles ont un système assez unique de gestion des écoles, un système qui a … qui a évolué en réponse à des impératifs à la fois éducatifs et politiques qui lui sont particuliers (Lawton, 1978; Sallis, 1988b). Les politiques d’éducation au R-U décentralisée et les changements examinés dans cet artcile s’appliquent uniquement au contexte anglais.


La gouvernance des écoles en Angleterre remonte à quelques 600 années; d’abord introduite pour assurer la probité financière, elle est restée dans cette veine jusqu’à ce que la Loi sur l’éducation de 1944 établisse un partenariat entre les gouvernements central et local et établisse de façcon assez détaillée les rôles et responsabilités des gouverneurs et la séparation des responsabilités entre l’Autorité  De L’education et les différents établissements scolaires (Parliament, 1944). La Loi a changé la forme et la composition des conseils d’administration, augmentant leurs pouvoirs et articulant plus spécifiquement leur modus operandi à l’intérieur des sections 17-21.


Les changements aux politiques d’éducation combinésà une vision politique proposant une forme de gouvernance plus démocratique pour les écoles ont émergés dans les années 1960 et ont donné lieu au Rapport Taylor (1977), sans doute l’une des réformes les plus profondesde la gouvernance des écoledepuis la Loi de 1944.

Le rapport de Taylor a recommandé que cinq intérêts principaux soient représentés sur les conseils d’administration: l’ALE, les parents, les professeurs, les élèves plus âgés et la communauté locale. En outre il a recommandé que toutes les ALEsfournissent une formation et un développement pour des gouverneurs. (Baxter, 2015sous presse)

Le rapport a été rapidement suivi par la Loi sur l’éducation de 1980 qui a permis à n’importe quel gouverneur de siéger comme président plutôt que de confiner ce rôle aux gouverneurs représentant des Autorités locales d’éducation.

Les changements considérables à l’éducation émanant de la Loi deréforme de l’éducation de 1988 – qui a introduit un programme national et centralisé en éducation en diminuant le pouvoir des Autorités locales d’éducation et augmentant considérablement les pouvoir du Secrétaire d’état à l’éducation (Parlement., 1988) – ont aussi eu impact sur la gouvernance des écoles.

L’un des changements les plus importants a été l’introduction de l’autonomie de gestion des écoles par l’introduction de la Gestion locale des écoles (GLE) qui vise à fournir, la`bonne combinaison entre l’État, le marché et les institutions démocratiques pour garantir la paix, l’inclusion, le bien-être et la stabilité,’ (Harvey, 2005 :10). (traductionlibre)

Pour le gouvernement Conservateur du temps, le système d’éducation anglais était vu comme démesuré et difficile à contrôler et la Loi de 1988 avait pour objectif de créer plus de compétition entre les écoles et de réduire ce qui était perçu domme des inefficacités du system. Elle était aussi destiné à créer une notion d’”usagers” (patients et élèves) comme “consommateurs” (Buisson-Fenet, 2005). Cela impliquait des politiques basées sur le choix des consommateurs, avec un accent particulier sur l’information disponible afin d’effectuer ce choix: une information qui devait être acquise par une application d’un système de régulation rigoureux sous la forme d’Ofsted.


Ceci a eu comme conséquence de créer une obligation plus grande pour les écoles de mobiliser des gouverneurs du milieu des affaires, un élément décrit dans l’étude de Thodyde 1994 sur des gouverneurs qui décrit, `un livre de conseils pour les gouverneurs du milieu des affaires suggérant que “les écoles doivent être gérées comme des compagnies, avec les instances de gouvernance en tant que conseils de direction et les professeurs principaux comme directeurs généraux (Thody, 1994:22 traduction libre).


Notre étude

La professionnalisation des bénévoles n’est pas unique à la gouvernance des écoles, mais estune tendance à travers le secteur bénévole et public plus largement (Vigneault et Fortin, 2014).Ces changements sont liés à la fois à une montée des idéologies néo-libérales orientées par marché dans le contexte européen et à une nouvelle politique sociale, avec un ‘ accent sur le consumérisme et à la réactivité aux consommateurs qui a poussé les conseils à repenser la manière dont ils sont liés aux utilisateurs de leurs services.’ (Harris, 2001a:173).(traduction libre) Ces idéologies et idéaux ont imprégné les systèmes d’éducation d’un certain nombre de pays de l’OCDE, introduisant une concurrence entre les écoles (voir par exemple Bradley, Johnes, et le Millington, 2001;Wikström et Wikström, 2005). En Angleterre, ces changements ont été particulièrement répandus depuis l’arrivée du dernier gouvernement de coalition Conservateur/Libéral Démocrate (Ozga, Baxter, Clarke, Grek, et Lawn, 2013).Ce gouvernement a développé le Programme d’académies présenté sous le gouvernement précédent du New Labour; un projet qui a offert aux écoles des libertés financières et curriculaires bien plus grandes qu’ellesn’avaient eues auparavant (Lupton et Thomson, 2015). En tant qu’académies et écoles libres, elles étaient également libérées du contrôle des Autorités locale d’éducation (Gunter, 2011).À l’instar d’autres soi-disant “libertés” à travers le secteur public, elles ont engendré des niveaux de contrôle et de régulation de plus en plus rigoureux (Baxter et Clarke, 2013). L’Ofsted réglementaire (le Bureau pour des normes dans l’éducation, les services des enfants et les qualifications) – les inspecteurs scolaires ont imposé un système reglementaire de plus en plus exigeant aux écoles et les gouverneurs d’école ne sont pas à l’abri de ces changements.


Depuis 2012, la performance des gouverneurs d’école a été surveillée et évaluée dans la même catégorie de “Leadership” que le professeur principal et l’équipe de direction sénior (Ofsted, 2014a, 2014b, 2014c). Ce plus grand niveau responsabilité – en particulier au niveau des finances, où les gouverneurs sont responsables de budgets dépassant souvent le million de livres – a poussé le travail des gouverneurs devenir de plus en plus professionalisé (Baxter, 2015).

Cette professionnalisation est articulée de plusieurs façons : par le recrutement de gouverneurs sur la base de leurs qualifications professionnelles – par example, en tant que comptable, que professionnel des ressources humaines ou que gestionnaire; par des attentes d’un niveau de performance plus élevé demandant notamment aux gouverneurs de demander des comptes au principal mais aussi de faire des visites régulières à l’école et de comprendre la grande quantité de données sur les élèves qui leur sont présentés afin qu’ils évaluent la performance de l’école.


Une pression supplémentaire vient aussi de la grande visibilité donnée à un certain nombre de manquements au niveau de la gouvernance des écoles qui ont été rapportés dans la presse locale et nationale. Ces défaillances sont venues positionner le manque de professionnalisme des gouverneurs en tant que raison principale pour laquelle les écoles recevaient des jugements non favorables de la part des inspecteurs (voir Baxter, 2014).

Le climat changeant des politiques socialesdépasse les frontières de l’éducation, affectant tous les services publics non seulement à travers l’Angleterre, maisdans l’ensemble du Royaume-Uni(RU)(Clarke, 2007). Cette situation est partiellement due aux coupes et à l’austérité et partiellement due aux idéauxnéo-libéraux mentionnés précédemment – idéaux qui ont mené à une participation croissante du secteur privé dans le secteur public et à un climat de la concurrence et loi du plus fort. Les études examinant l’ensemble du secteur bénévole au RU ont soulignée que ‘ des membres du conseil potentiels peuvent être effrayés par une politique et environnement sociale qui souligne la responsabilité volontaire de secteur et les responsabilités juridiques.’ Le même rapport continue en remarquant que “Les gensmanquent maintenant  d’enthousiasme pour être un membre du conseil pas tellement en raison des conditions de responsabilité et des responsabilités juridiques, mais en raison du besoin croissant de l’expertise et le besoin d’ȇtre spécialiste.’ (Rochester, Ellis Paine, et Howlett, 2012).

Bien que les pressions exercées sur ce groupe particulier de bénénvoles soient substantielles, la recherche sur le bénévolat démontre que:

Les organismes peuvent adresser des expériences négatives d’offrir en développant des pratiques de gestion appropriées: [largement] il semble que la suite est plus probable si des volontaires sont contrôlés d’une manière explicite, développementale, de support et appréciée’ (Locke, Ellis, et Smith, 2003).


Afin d’étudier comment les gouverneurs gèrent ce climat exigeant, cette étude examine les sources d’information et de support auxquelles ils ont accès afin de se sentir bien informés et confiants dans leur rôle. Les questions de recherche de la présente étude sont:

1.Quelles formesd’information les gouverneurs emploient-ils pour faire sens de leur rôle ?

2.À quels défis les gouverneurs sont-ils confrontés dans leurs efforts pour faire sens de leur rôle ?

Le rôle de la formation, du développement et de la connaissance en lien avec les identités de bénévoles.

Les identités professionnelles des bénévoles ont été étudiées par un certain nombre de chercheurs intéressés à découvrir ce qui motive les bénévoles à joindre une organisation et quels sont les facteurs qui les encouragent à rester en poste, particulièrement dans des rôles très difficiles ou exigeants (voir Yeung, 2004 ; Zimmeck et Rochester, 2011). Une identité professionnelle forte et efficace a été identifiée à travers le secteur public comme un élément essentiel dans la rétention et la satisfaction au travail de ceux qui travaillent comme bénévoles (Balduck, Van Rossem, et Buelens, 2010; Farrell, Johnston, et Twynam, 1998 ; Nakano, 2000).

Un élément clé pour la motivation et la rétention des bénévoles réside dans la formation et le dévelopement qu’ils reçoivent lorsqu’ils débutent dans un poste, en plus d’occasions de développement continues au fil de leur implication dans le poste (Musick et Wilson, 2003 ; Van Willigen, 2000).Un autre facteur clé dans la rétention des bénévoles est le sentiment de satisfaction au travail gagné par l’accumulation de connaissances au sujet du rôle et de sa fonction – un trait qui n’est pas unique aux bénévoles mais qui semble également avoir une influence sur la formation des identités professionnelles et leurs mutations (voir par exemple Singh, Vinnicombe, et le James, 2006 ; Søreide, 2007). La présente étude s’appuie sur mes propres travaux sur les identités professionnelles et sur le rôle de la connaissance dans le développement de la confiance et le sentiment de compétence dans un rôle (Baxter, 2012a; Baxter et Hult, 2013; Baxter, 2012c). Elle s’appuie également sur une précédente étude des identités professionnelles des gouverneurs de fédération –les gouverneurs responsables de régir plus d’une école (Baxter et Wise, 2013).

Un certain nombre de chercheurs sur les identités professionnellessuggèrent que de développer une identité professionnelle forte et efficace est essentiel pour que les individus puissent faire sens de leur environnement de travail (Weik, 2001; Wenger, 1998). Et que cette capacité de faire sens du travail est directement corrélée avec la satisfaction au travail et la résilience: une motivation qui perdure même quand il devient difficile d’avancer (Nias, 1981; Reeve, 1992).  Dans le cadre du bénévolat, ces liens sont encore plus prononcés car la motivation intrinsèque (motivation liée à un sens personnel de l’accomplissement et du but) n’est pas complétée par des facteurs extrinsèques (paiement ou incitations) (voir par exemple Farrell et al., 1998; Hibbert, Piacentini, et Dajani, 2003).

Les études à grande échelle sur la gouvernance des écoles effectuées par l’Université de Bath indiquent que beaucoup de gouverneurs entrent dans le rôle pour des raisons altruistes – pour faire une différence, pour redonner quelque chose; d’autres entrent dans ce rôle en espérant apprendre plus au sujet de l’éducation et comment cela fonctionne (Balarin, Brammer, James, et McCormack, 2008 ; James, Brammer, Connolly et autres, 2011a ; James, Brammer, Connolly et autres, 2012 ; James, Goodall, Howarth, et chevaliers, 2014). Mais des études plus larges sur la motivation et la démotivation uggèrent que la motivation initiale n’est pas suffisante pour prévenir l’usure; que les individues doivent contruire sur leur motivation initiale à devenir impliqués dans un type particulier de travail pour créer des identités qui font sens dans des environnements qui souvent, après une immersion, sont perçus comme hostiles et fréquemment difficiles (Aronson, 2011 ; Kingdon et Thurber, 1984).

Le travail de Karl Weik explore les manières par lesquels les individus font sens des organisations. Il voit le “faire sens” en tant qu’élément d’une trajectoire qui amène les individus non seulement à prendre des décisions, mais aussi à chercher des justifications pour ces décisions et à créer un engagement fort autour de celles-ci. Ces engagements se développent pour devenir partie prenante non seulement de l’identité individuelle mais aussi de l’identité professionnelle d’un groupe.


Ce modèle a été employé avec succèsdans le cadre d’études sur des conseils d’administation du secteur tertiaire afin de voir comment les procédés de surveillance et de jugement des conseils se développent et changent (le Hough, le McGregor-Lowndes., et le Ryan, 2014). Il a été largement utilisé, dans d’autres contextes, pour examiner le recrutement et la rétention dans des organisations complexes (Patriotta, 2003 ; Weick, Sutcliffe, et Obstfeld, 2005), et pour aider à comprendre comment les gens prennent les décisions qui ne sont pas toujours appropriées dans le contexte. La recherche de connaissances au sujet d’un rôle est un élément clé dans la construction d’une identité de ce rôle professionnel. La présente étude examine spécifiquement ce domaine pour interroger les façons par lesquelles les gouverneurs font sens de leur rôle et les sources d’information qu’ils emploient pour ce faire. Notre étude examine également certains des défis que les gouverneurs relèvent en apprenant au sujet du rôle et de ses éléments clé et conclut avec une discussion des implications de ces donnes pour la gouvernance des écoles en Angleterre.

Méthodologie qualitative

Il est très difficile faire de la recherche sur les gouverneurs en Angleterre – il n’y a aucun registre central des conseils d’administration et aucune statistique sur l’âge; le genre ou l’appartenance ethnique des gouverneurs. Afin d’effectuer cette recherche, une enquête a été conçue en utilisant Survey Monkey et en incluant les facteurs employés dans d’autres études portant sur l’étude des identités professionnelles et de la contribution de la formation et du développement à ces identités. Au moment de la rédaction de cet article, l’enquête étaiten coursdepuis quatre semaines seulement. Cetarticle prend appui sur les résultats obtenus à ce jour (102 gouverneurs) et sur 25 entrevues qualitatives effectuées par téléphone et au domicile de gouverneurs d’école. Les répondants étaient auto-sélectionnés et provenaient d’une diversité d’écoles et de milieux. Puisque l’object de l’étude était d’examiner la nature changeante des identités des gouverneurs, l’emplacement géographique, le genre et l’ethnicité ne sont pas des facteurs qui ont été utilisés dans l’analyse des données pour cette partie de l’étude. Il convient de noter que d’autres articles émanant de cette étude prendront ces facteursen considération.

Les gouverneurs étaient auto-sélectionnés et interviewés chez eux ou par téléphone, selon leur choix. Les entrevues, d’une durée approximative d’une heure chacune, étaient semi-structurées, adoptant une approche phénoménologique qui permettait aux gouverneurs de raconter leurs histoires au sujet de la façon dont ils ont fait sens de leur travail (Husserl, 1997 ; Schütz, 1967).Cette approche s’est avérée efficace dans la recherche sur les identités, les participants étant libres demettrel’accent sur les domaines qu’ils considèrent eux-mêmes comme importants dans leur narration de leurs récits personnels de leurs pratiques de construction de sens (voir par exemple Avis, 1999 ; Baxter et Wise, 2013 ; Baxter, 2004).

Résultats et discussion

Quelles formes de l’information les gouverneurs emploient-ils pour faire sens de leur rôle et de leur prise de décision ?

Schéma 1


Moins de 1 an- less than one year

Plus de 10 ans- more than 10 years

Entre 5 et 10 ans- between 5 and 10 years

Entre 1 et 5 ans- between 1 and 5 years.

Tel qu’illustré dans le schéma un, la majorité de gouverneurs répondant au questionnaire avaient été gouverneurs pendant entre une et cinq années (40%), 27% avaient été des gouverneurs pendant cinq à dix années, alors que 8,2% l’avaient été moins d’une année. Une proportion étonnament importante des répondants (23%) avaient été gouverneurs pendant plus de dix années. En termes de genre, 68% de répondants étaient femmesalors que 31% de répondants se déclaraient comme de genre masculin.


Formation formelle de gouverneur (autorité locale)-1

Formation formelle de gouverneur (entreprise privée anonyme)-2

Conversations informelles avec d’autres gouverneurs -3

Le Conseil des gouverneurs -4

Pendant les échanges et les conversations lors des réunions -5

Instances de soutien pour la gouvernance-6

Tchats en ligne-7

Forums sur Twitter-8

Presse nationale -9

Presse locale-10


Sites Web-12



Tel qu’illustré sur le schéma trois, les gouverneurs considèrent les conversations informelles avec d’autres gouverneurs, les conversations avec le Conseil, les échanges lors des réunions de gouvernance  des écoles  et des stages de formation formels de gouverneurs comme leurs sources d’information les plus précieuses. Les sources les moins importantes incluent: la presse locale, la télévision, la presse nationale et les tchats en ligne.


Un examen des données sous l’angle des interactions en ligne montre clairement que certaines sources d’information en ligne sont importantes; les sites Web constituaient la source la plus importante, alors que les forums Twitter apparaissaient eux aussi comme relativement importants en termes de collected d’information.Le questionnaire faisait une distinction entre la formation formelle offerte aux gouverneurs par les Autorités locales d’éducation (ALE) et celle offerte par des sociétés commerciales. Dans le cas desAcadémies et des écoles libres, la formation est habituellement offerte par des contracteurs privés alors que les écoles gérées par des ALE bénéficient généralement d’une formation offerte (achetée) par l’ALE à un prix réduit.


Les entrevues qualitatives ont offert des analyses plus profondes dans ce que les gouverneurs ont tiré de ces formes particulières de cueillette et de développement de l’information. Un gouverneur étant en poste depuis 10 ans a parlé du défi lié à l’atteinte d’un état d’esprit propice à la gouvernance scolaire. Ils nous ont aussi parlé des défis rencontrés par plusieurs gouverneurs afin de prendre un rôle stratégique plutôt qu’opérationnel – un enjeu soulevé dans plusieurs sondages plus larges sur la gouvernance des écoles, et une critique formulée par Ofsted dans plusieurs de leurs rapports sur la gouvernance des écoles (voir James, Brammer, Connolly et autres, 2011b; ofsted, 2011, 2013).

Ainsi, je veux dire, je pense que la seule façon de se mettre au niveau a été initialement en me lançant dans l’action, notre autorité locale fait beaucoup de sessions d’information pour les gouverneurs, et celles-ci ont été ce qui m’a amené à réellement comprendre ce qu’est le rôle et la quantité de choses que nous devons comprendre au sujet de l’école et pour être capable de les contester/supporter. Je pense la plupart des personnes entrent dans ce rôle en pensant qu’il est bien plus concret et pratique qu’il ne l’est et je pense que cela prend un bon moment pour sortir de la mentalité de “Ok, nous avons des problèmes en mathématiques, que pouvons-nous faire en tant que gouverneurs à ce sujet, pouvons-nous suggérer un plan, pouvons-nous rechercher d’autres manières de travailerl? Et ce n’est aucune de ces choses, il s’agit vraiment de poser les bonnes questions (gouverneur au primaire 1) (traductionlibre)

Bien que l’information fournie par les journaux locaux et nationaux n’occupe pas une place très importance dans l’enquête quantitative, les entrevues qualitatives ont permis de voir qu’elle avait un rôle à jouer en fournissant un contexte général et de l’information sur les politiques en éducation, tel que souligné par ce gouverneur

Je pense pour les choses qui sont à venir, je trouve que c’est un bon début mais je dis que je trouve que c’est un bon début pour information. Je ne croirais jamais ce qui est écrit pour acquis, mais en même temps je pourrais penser, « Oh ça semble vraiment intéressant, je me demande ce qu’ils disent vraiment à ce sujet? » et utiliser cela comme point de départ pour trouver, pour rechercher, et j’appartiens également à… une sorte de forum de présidents localement dans notre consortium (gouverneur du secondaire avec 8 ans d’expérience)

La couverture médiatique sur la gouvernance des écoles était considérée comme très faible avec 30% de répondants estimant que les médias manquaient d’intérêt pour couvrir la gouvernance des écoles ou étaient toujours prêts à rapporter des histoires négatives ou sensationnalistes sur la gouvernance. Les répondants considéraient que ni l’un ni l’autre ne constituait une source valable d’information.


Un certain nombre de gouverneurs considéraient le mentorat comme très utile, non seulement pour la transmission d’information mais en tant que source de support et, dans certains cas, en tant que modèle de rôle, particulièrement dans le cas du président. Un certain nombre de répondants ont parlé du succès et des conseils donnés par le Programme des leaders nationaux en gouvernance. Il s’agit d’un programme créé par l’Université nationale pour l’enseignement et le leadership. Le programme vise à soutenir les présidents impliqués dans la gouvernance et à les aider à être plus efficaces dans leur rôle (NCTL, 2015). Ce mentorat a été décrit comme inestimable par un certain nombre de gouverneurs, comme le rapporte ce gouverneur et président expérimenté:

Et j’ai, la dame avec qui j’ai travaillé dans le mon, est venur me voir à mon école il y a quelques années, et a fait en quelque sorte, pas un Ofsted, mais s’est assise et a revu des choses avec moi. (Président du conseil our un lycée – 10 ans d’expérience)

D’autres ont rapporté avoir utilisé le programme pour obtenir du soutien avec les inspections d’Ofsted:

Ainsi j’ai utilisé son expérience, elle qui a eu une expérience récente avec Ofsted est venue à moi et [elle] a regardé ce que nous avions et a dit “OK, où allez-vous aller avec ça” et m’a ensuite interrogé.  C’était utile juste d’avoir ce questionnement par un mentor (Président des gouverneurs – 15 ans d’expérience)

Bien qu’un certain nombre d’études aient indiqué que le professeur principal jouait un rôle important de soutien auprès des gouverneurs novices, cet élément n’est pas ressorti de notre étude, même dans le cas des gouverneurs moins expérimentés le président était considéré comme une source d’information plus accessible que le professeur principal. L’innovation de l’Université nationale est apparue comme le résultat d’un certain nombre de rapports mettant en lumière le rôle crucial joué par le président dans le fonctionnement d’u gouvernance  des écoles  efficace  (James, Brammer, et autres, 2012 ; James et autres, 2014), et la planification de la relève (Sharma, Chrisman, et Chua, 2003) ; un souci grandissant, en particulier dans le cas des gouverneurs responsables de régir un grand nombre d’écoles (Chapman, Lindsay, Muijs et autres, 2010 ; Chapman, Muijs, et MacAllister, 2011 ; Lindsay, Muijs, Chapman, Arweck, et Goodall, 2007).

La deuxième question incluse dans cette étude portait sur les compétences, les connaissances et les attributes particuliers requis afin d’être un bon gouverneur d’école. Il s’agit d’une question importante puisqu’elle permet également de comprendre quelles sont les compétences et les connaissances considérées comme les plus valorisées dans un contexte où le gouvernement met un grand accent sur le recruitement de gouverneurs en provenance du monde des affaires au moyen d’organisations et d’initiatives telles que le Governors’ One Stop Shop (voir Les réponses à cette question sont illustrées sur le schéma cinq ci-dessous.

Figure 2


Le temps constituait un facteur clé dans l’étude, à la fois au niveau du temps nécessaire pour rendre régulièrement visite à l’école et au niveau du temps nécessaire pour remplir le rôle. Avoir suffisamment de temps pour remplir le rôle était considéré comme l’attribut le plus important pour les gouverneurs selon les réponses au questionnaire. Il s’agit aussi d’un élément qui ressort clairement des entrevues puisque les gouverneurs expliquaient pourquoi la gouvernance prenait autant de leur temps.


J’avais des réunions parfois à 7h30 du matin au conseil local où d’arranger les autres pour être présent avec eux, et oui, j’étais chanceux que de travailler à temps partiel. Certainement ! Car je ne sais pas comment j’aurais fait sinon (Président des gouverneurs – dix ans d’expérience)

Et c’est là où je pense que vous pouvez perdre de très bons gouverneurs, particulièrement si leurs employeurs ne leur donnent pas le temps de le faire. (Gouverneur – expérience de 1 an)

Je pense probablement le danger, vous savez, le danger de demander tellement le temps est que vous finissez par avoir des personnes qui sont à la retraite et alors elles n’ont aucune idée au sujet du systèem d’éducation actuel (gouverneur – 5 ans d’expérience)

La responsabilisation était une autre question clé pour les gouverneurs – en particulier en raison du cadre plus rigoureux  proposé par Ofsted en 2012 (Ofsted, 2012) et de sa mise à jour en 2014 (Ofsted, 2014c).

Je pense que c’est responsabilité, c’est, vous savez, le plus grand accent sur la gouvernance, c’est, vous savez, aussi la pression pour avoir un plus petit gouvernance  des écoles , n’est pas là, et être plus efficace en tant qu’un gouverneur et ça demande de plus en plus [et] vous ne pouvez simplement pas continuer [le gouvernance  des écoles ] parce que vous voulez être un gouverneur, vous devez vraiment donner ce temps, et ce n’est pas, et c’est où parfois vous pouvez perdre de bons gouverneurs parce qu’ils ne peuvent pas donner le temps nécessaire à ce niveau de responsabilité (gouverneur -8 ans d’expérience)

Quelques gouverneurs ont estimé que la responsabilisation conduisait des personnes à quitter ce rôle, comme ce gouverneur le rapporte:

Je veux dire qu’il y a certains qui partent juste parce qu’ils doivent travailler, mais il est intimidant parfois ce que vous avez à faire et ce que vous devez essayer et garder en tête et savoir ce que vous faites, particulièrement lorsque Ofsted se présente.  (Gouverneur de collège – 4 ans d’expérience)


D’autres estimaient pour leur part qu’il était embêtant d’avoir ce niveau de responsabilité alors qu’il s’agit d’un rôle bénévole:

Vous savez?  C’est une chose très intimidante quand vous allez à l’encontre Ofsted, vous êtes interrogé sur ce que vous faites lorsque vous ne le faites pas en fait, et ce n’est pas mon emploi vous savez! (Gouverneur, lycée – 3 ans d’expérience)

Il y avait un désaccord considérable au sujet des attributs qui étaient les plus essentiels pour les gouverneurs en termes de connaissances professionnelles par rapport au bon sens. Le questionnaire a indiqué que le bon sens était considéré comme beaucoup plus important que les compétences professionnelles. Les entrevues, toutefois, ont révélé des compréhensions différentes des compétences professionnelles – certains considéraient le bon sens comme une compétence professionnelle alors que d’autres liaient les compétences professionnelles à une formation particulière, par exemple en comptabilité ou ressources humaines. Il s’agit d’un élément intéressant qui mériterait d’être examiné davantage.


Un gouverneur a décrit la compréhension qu’il avait de la notion de gouverneur professionnel:

Ainsi je pense que c’est la capacité de comprendre l’école, de comprendre le contexte dans lequel elle fonctionne, et puis de s’engager à tenir à jour cette compréhension, à être en mesure de soutenir et de contester qui selon moi est… est la chose la plus importante.  Et alors certainement vos connaissances professionnelles ne vont pas vous permettre de comprendre que… est tout le monde… nous avons mis beaucoup d’efforts sur la cohérence à l’intérieur de l’école à l’heure actuelle, et pour que les personnes reçoivent le même enseignement, avec la même… en termes de comportement, de correction, d’apprentissage, et cetera à travers l’ensemble de l’école, et c’est votre bon sens qui vous permettra de juger de cela, plutôt que n’importe quelle connaissance professionnelle que vous avez.(Gouverneur pour un lycée – 8 ans d’expérience)

D’autres gouverneurs ont estimé qu’il était bon d’avoir des professionnels juridiques et financiers à bord, mais que le temps était un frein comme ce gouverneur l’indique:

Je pense qu’il est très important d’essayer d’avoir des professionnels, mais l’enjeu est de mettre la main sur des professionnels qui ont le temps de le faire (Gouverneurs de Lycée -5 ans d’expérience)

Quels sont les défis rencontrés par les gouverneurs pour faire sens de leur rôle?



Plusieurs des défis rencontrés par les gouverneurs sont inhérents aux réponses présentées dans la section précédente: niveaux croissants de responsabilité ; manque de temps ; et un rôle qui devient encore plus complexe. Mais un élément clé qui ressort des entrevues qualitatives concerne la relative méconnaissance qui entoure la gouvernance – contrairement à d’autres formes de bénévolat. Un gouverneur a décrit comment cette particuliarité pourant empêcher les individus de savoir ce qui était attendu d’eux avant de se lancer dans ce rôle :

Ouais, je pense que c’est drôle, je parlais à un de mes amis l’autre jour au sujet d’Ofsted et elle m’a dit, vous savez, “Je sais qui tu es comme parent, mais en tant que gouverneur qui es-tu, tu fais tout à travers l’école… [et] je la connais depuis longtemps. Je ne dirais probablement même pas que mon mari comprend entièrement ce qu’un gouverneur est […..] la perception principale que vous voyez des gouverneurs tend à être, si quelque chose tourne mal dans une école, il va y avoir un président de conseil qui va dire “Il s’est passé ceci, ou celà s’est produit”, ou il y aura, vous savez, un gouverneur qui a une aventure avec un professeur principal ou il y aura une insinuation financière quelconque (gouverneur – lycée – 5 ans d’expérience)

Un gouverneur a rapporté à quel point il était difficile de parler du fait d’être un gouverneur:

Je pense que j’ai du mal à parler de ce que je fais en tant que gouverneur sans sonner… arrogant je pense, parce que si je dis je fais ceci et ceci. Biens… vous savez comment ça sonnerait (gouverneur – école maternelle – 4 ans d’expérience)


Au niveau des autres sources d’information, le président du gouvernance  des écoles  joue clairement un rôle très important non seulement dans le partage d’information et le mentorat des nouveaux gouverneurs mais également pour diriger le gouvernance  des écoles  dans ces devoirs et fonctions. Ce rôle a été identifié comme un élément positif dans un certain nombre d’études et le président est certainement l’objet d’une attention considérable en termes de politiques publiques, tel que démontré plus tôt dans la présentation du Programme de leaders nationaux en gouvernance (James, Jones, Connolly et autres, 2012; NCL, 2013).Mais quelques gouverneurs rencontrés dans le cadre de cette étude ont souligné qu’il y avait aussi un côté négatif au rôle joué par le président:

Nous avons aussi eu un président du conseil très, très efficace mais très protecteur, qui a pris beaucoup de la charge de travail sur ses épaules, pour une longue période, et cela ne nous permettait pas réellement de voir la quantité de travail qui s’effectuait entre le président et le principal.(Gouverneur – école maternelle 3 ans d’expérience)


Les gouverneurs considéraient la nature cachée de leur travail comme problématique, particulièrement en ce qui trait au recrutement de nouveaux gouverneurs. Cette personne décrit comment le rôle pourrait sembler rebutant en fonction de la façon dont il est présenté :

Oui.  Je pense, ouais, ils ne pensent pas, vous savez, vous, la plupart des rôles auxquels vous pensez, si vous réfléchissez, vous ne voyez pas les réunions et les bonnes choses, comme, vous savez, parler au personnel après Ofsted, vous savez, ce genre de moments vraiment agréables, mais vous entendez des, « Oh ouais, je siège sur le comité de discipline des élèves, » ou « Je siège sur le comité des renvois, » et vous savez, ce genre choses et tout le monde pense “oh je ne pourrais pas faire ça à quelqu’un” (Gouverneur de lycée -8 ans d’expérience)

Je pense il serait très difficile d’expliquer le rôle, si vous faites un terme complet je pense que cela prend probablement la plus grande partie de ces quatre ans pour réellement comprendre ce que vous faites. (Gouverneur de lycée- 2 ans d’expérience)

Bien que les diverses agences (organismes gouvernementaux compris) aient effectué un certain travail afin de mettre la lumière sur les éléments cachés de la gouvernance, mettant l’accent non seulement sur ce que les gouverneurs peuvent faire pour les écoles mais sur ce que le fait d’être gouverneur apporte en termes de bien-être individuel, on peut douter que ces efforts ont été suffisants afin d’encourager des individus à se porter volontaires. Un certain nombre de chercheurs dans le domaine du bénévolat sont d’opinion que la marchandisation croissante des services publics place un fardeau trop lourd sur les épaules des bénévoles en tant que prestataires de services (Harris, 2001b ; Lendemain-Howell, Hong, et Tang, 2009 ; Rochester et autres, 2012). Certainement, les derniers rapports statistiques sur le bénévolat au R-U ont montré une diminution marquée à la fois dans le nombre de bénévoles et dans la fréquence de leur implication (IFVR, 2014).


La présente étude visait à examiner les sources d’information les plus utiles pour les gouverneurs scolaires ainsi que les principaux défis rencontrés par ces derniers dans la collecte d’information. L’étude a révélé que les gouverneurs recherchent de plus en plus largement d’information sur leur rôle et que, malgré la place toujours importante des présidents de conseil et des autres gouverneurs, les sources d’information en ligne gagnaient en importance. Cette étude a aussi révélé que les gouverneurs utilisent différents types d’information afin de se sentir prêts à remplir leur rôle – les nouvelles plus générales sur l’éducation, les opinions sur Twitter et les contenus de sites web étaient tous utilisés non seulement pour trouver des faits concrets, mais aussi pour évaluer l’opinion d’autres gouverneurs travaillant dans des contextes très diversifiés.

La présente étude a également mis en lumière quelques-uns des défis rencontrés par les gouverneurs, ces défis étant liés au temps nécessaire pour remplir le rôle, à la difficulté de tenir à jour leurs connaissances en termes de politiques et au défi d’être professionnel sans être professionnellement formé. L’étude a également mis en évidence l’existance de différentes compréhensions de la signification attribuée au terme professionnel dans le contexte de la gouvernance scolaire – un résultat intéressant qui mériterait d’être davantage approfondi.


Les réponses obtenues au niveau de l’identité de gouverneur et du “faire sens” semblent indiquer que si les gouverneurs sont proactifs dans leur recherche d’information visant à soutenir leur motivation et leur identité, des tensions existent quant au degré de responsabilisation des gouverneurs et aux attentes que cela créé en termes des connaissances attendues de leur part – connaissances qui devraient être équivalentes à celle de professionnels rémunérés. L’idéal du “gouverneur professionnel”, motivé politiquement par des réformes des écoles mettant un accent important sur l’éducation comme marché, met une pression indue sur l’idée de gouverneurs comme bénévoles et peut sur le long terme avoir un impact sur leur recrutement et leur rétention.


À la lumière de l’accent actuellement mis sur la gouvernance des écoles et les changements dramatiques au paysage de l’éducation (mentionnés précédemment dans cet article), il est vital que cette question soit soulevée dans le cadre des politiques qui seront développées au cours du nouveau mandat du gouvernement débutant en mai 2015.


Références En Anglais

Aronson, J. a. S., K. (2011). Identity Work and Critical Social Service Management: Balancing on a Tightrope ? British Journal of Social Work, 41, 432-448.

Avis, J. (1999). Shifting identity: new conditions and the transformation of practice–teaching within post-compulsory education. Journal of Vocational Education & Training, 51(2), 245-264.

Balarin, M., Brammer, S., James, C., & McCormack, M. (2008). The School Governance Study. Bath: The University of Bath.

Balduck, A.-L., Van Rossem, A., & Buelens, M. (2010). Identifying competencies of volunteer board members of community sports clubs. Nonprofit and Voluntary Sector Quarterly, 39(2), 213-235.

Baxter, J. (2011). Public Sector Professional identities: etiolation or evolution; a review of the literature. . from

Baxter, J. (2012a). The impact of professional learning on the online teaching identities of higher education lecturers:the role of resistance discourse European Journal of Open,Distance and E-Learning, 1(2).

Baxter, J. (2012b). Who am I and what keeps me going? Profiling the distance student. International Review of Research in Open and Distance Learning, 13(4).

Baxter, J. (2014, 010714). Policy Briefing: Trojan Horse, The Media and the Ofsted Inspectorate, Policy Briefing Discover Society. Retrieved from

Baxter, J. (2015). School Governor regulation in England’s changing education landscape. Educational Management , Administration and Leadership, In press.

Baxter, J., & Clarke, J. (2013). Farewell to the Tickbox Inspector ?Ofsted and the changing regime of school inspection in England. Oxford Review of Education, 39(5), 702-718.

Baxter, J., & Hult, A. (2013). Professional training for professional inspection: contrasting inspector role, professionalism and development in England and Sweden Paper presented at the ECER Conference : Creativity and Innovation in Educational research Istanbul, Turkey.

Baxter, J., & Wise, C. (2013). Federation governing: translation or transformation ? Management in Education: special issue Governing and Governance, 27(3), 106-111.

Baxter, J. A. (2012c). Who am I and what keeps me going? Profiling the distance learning student in higher education. The International Review of Research in Open and Distance Learning, 13(4), 107-129.

Baxter, J. A. B. (2004). Investigation into motivational factors behind using a second language as a means to gaining employment. Retrieved from http:/ 060906

Bradley, S., Johnes, G., & Millington, J. (2001). The effect of competition on the efficiency of secondary schools in England. European Journal of Operational Research, 135(3), 545-568.

Buisson-Fenet, H. (2005). La politisation de l’action publique au prisme de l’usager : le cas de la “crise Allègre” dans l’Education Nationale. Paper presented at the 14ème Colloque international de Politiques et Management Public “Le management public à l’épreuve de la politique”, , Bordeaux, .

Chapman, C., Lindsay, G., Muijs, D., Harris, A., Arweck, E., & Goodall, J. (2010). Governance, leadership, and management in federations of schools. School effectiveness and school improvement, 21(1), 53-74.

Chapman, C., Muijs, D., & MacAllister, J. (2011). A study of the impact of school federation on student outcomes.

Clarke, J. (2007). Citizen-consumers and public service reform: At the limits of neo-liberalism? Policy Futures in Education, 5(2), 239-248.

Farrell, J. M., Johnston, M. E., & Twynam, G. D. (1998). Volunteer motivation, satisfaction, and management at an elite sporting competition. Journal of Sport Management, 12(4), 288-300.

Gunter, H. M. (2011). The state and education policy: The academies programme: Bloomsbury Publishing.

Harris, M. (2001a). Boards: Just subsidiaries of the State? In M. Harris & C. Rochester (Eds.), Voluntary Organisations and Social Policy in Britain. . London: Palgrave.

Harris, M. (2001b). Voluntary Organisations in a Changing Social Policy Environment In M. Harris & C. Rochester (Eds.), Voluntary organisations and social policy in Britain: perspectives on change and choice

London: Palgrave.

Hibbert, S., Piacentini, M., & Dajani, H. A. (2003). Understanding volunteer motivation for participation in a community‐based food cooperative. International Journal of Nonprofit and Voluntary Sector Marketing, 8(1), 30-42.

Hough, A., McGregor-Lowndes., & Ryan, C. (2014). Board Monitoring and judgement as processses of sensemaking In C. Cornforth & W. A. Brown (Eds.), Nonprofit governance (pp. 142-159). London: Routledge.

Husserl, E. (1997). Collected works: Psychological and transcendental phenomenology and the confrontation with Heidegger (1927-1931) (Vol. 6): Kluwer academic publishers.

IFVR. (2014). How many people regularly volunteer in the UK ?   Retrieved 1110215, 2015, from

James, C., Brammer, S., Connolly, M., Fertig, M., James, J., & Jones, J. (2011a). School governing bodies in England under pressure: the effects of socio-economic context and school performance. Educational Management Administration & Leadership, 39(4), 414-433.

James, C., Brammer, S., Connolly, M., Fertig, M., James, J., & Jones, J. (2011b). School Governing Bodies in England Under Pressure: The Effects of Socio Economic Context and School Performance Educational Management , Administration and Leadership, 39(4), 414-433.

James, C., Brammer, S., Connolly, M., Fertig, M., James, J., & Jones, J. (2012). The Hidden Givers : a study of school governing bodies in England. Bath: The University of Bath.

James, C., Goodall, J., Howarth, E., & Knights, E. (2014). The State of School Governing in England 2014. Birmingham: NGA and The University of Bath

James, C., Jones, J., Connolly, M., Brammer, S., Fertig, M., & James, J. (2012). The role of the chair of the school governing body in England. School Leadership & Management, 32(1), 3-19.

Kingdon, J. W., & Thurber, J. A. (1984). Agendas, alternatives, and public policies (Vol. 45): Little, Brown Boston.

Lindsay, G., Muijs, D., Chapman, A., Arweck, E., & Goodall, J. (2007). Final Report of the evaluation of the federations policy. London: Department for Children, Schools and Families

Locke, M., Ellis, A., & Smith, J. D. (2003). Hold on to what you’ve got: the volunteer retention literature. Voluntary Action, 5(3), 81-99.

Lupton, R., & Thomson, S. (2015). The Coalition’s Record on Schools: Policy, Spending and Outcomes 2010-15. Manchester: Centre for Analysis of Social Exclusion. .

Morrow-Howell, N., Hong, S.-I., & Tang, F. (2009). Who benefits from volunteering? Variations in perceived benefits. The Gerontologist, gnp007.

Musick, M. A., & Wilson, J. (2003). Volunteering and depression: The role of psychological and social resources in different age groups. Social Science & Medicine, 56(2), 259-269.

Nakano, L. Y. (2000). Volunteering as a lifestyle choice: Negotiating self-identities in Japan. Ethnology, 93-107.

NCL. (2013). National Leaders of Governance Programme Retrieved 020213, 2013, from

NCTL. (2015). National Leaders of governance.   Retrieved 010315, 2015, from

Nias, J. (1981). Commitment’ and motivation in primary school teachers. . Ecucational Review, 33(3), 181-190.

ofsted (Producer). (2011). Good Governance Essential to school improvement Retrieved from

Ofsted. (2012). The framework for school inspection September 2012. In Ofsted (Ed.). London: Ofsted.

Ofsted. (2013, 270213). Chief Inspector raises the stakes for school governance Ofsted News. . Retrieved from

Ofsted. (2014a). The Data Dashboard.   Retrieved 010714, 2014, from

Ofsted. (2014b). Ofsted chief unveils new blueprint for inspecting good and outstanding schools Retrieved 090714, 2014, from

Ofsted. (2014c). The School Inspection Handbook (July 2014 for use from September 2014). London: Ofsted.

Ozga, J., Baxter, J., Clarke, J., Grek, S., & Lawn, M. (2013). The Politics of Educational Change: Governance and School Inspection in England and Scotland Swiss Journal of Sociology, 39(2), 37-55.

Patriotta, G. (2003). Sensemaking on the Shop Floor: Narratives of Knowledge in Organizations*. Journal of Management Studies, 40(2), 349-375.

Reeve, J. M. (1992). Understanding Motivation and Emotion. Fort Worth: Harcourt Brace Jovanovich College Publishers.

Rochester, C., Ellis Paine, A., & Howlett, S. (2012). Volunteering and Society in the 21st Century. Basingstoke: Palgrave macmillan.

Schütz, A. (1967). The phenomenology of the social world: Northwestern Univ Pr.

Sharma, P., Chrisman, J. J., & Chua, J. H. (2003). Succession planning as planned behavior: Some empirical results. Family Business Review, 16(1), 1-15.

Singh, V., Vinnicombe, S., & James, K. (2006). Constructing a professional identity: how young female managers use role models. Women in Management Review, 21(1), 67-81.

Søreide, G. E. (2007). The public face of teacher identity—narrative construction of teacher identity in public policy documents. Journal of Education Policy, 22(2), 129-146.

Van Willigen, M. (2000). Differential benefits of volunteering across the life course. The Journals of Gerontology Series B: Psychological Sciences and Social Sciences, 55(5), S308-S318.

Vignault, K., & Fortin, O. (2014). Le patient ressource : quel apport pour la participation des patients? Le cas du Centre d’expertise en réimplantation ou revascularisation microchirurgicale d’urgence. (CEVARMU) du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM). Paper presented at the Colloque Les patients dans l’écosystème de santé, Paris.

Weick, K. E., Sutcliffe, K. M., & Obstfeld, D. (2005). Organizing and the process of sensemaking. Organization Science, 16(4), 409-421.

Weik, K. (2001). Making Sense of the Organization. London: Blackwell.

Wenger, E. (1998). Communities of Practice: Learning Meaning and Identity. New York: Cambridge University Press.

Wikström, C., & Wikström, M. (2005). Grade inflation and school competition: an empirical analysis based on the Swedish upper secondary schools. Economics of Education Review, 24(3), 309-322.

Yeung, A. B. (2004). The octagon model of volunteer motivation: results of a phenomenological analysis. Voluntas: International Journal of Voluntary and Nonprofit Organizations, 15(1), 21-46.

Zimmeck, M., & Rochester, C. (2011). Something old, something new, something borrowed, something blue: Government’s approach to volunteering in England since 1997′. Paper presented at the Conference of Philanthropy Studies, European Univerrsity of Voluntary Service, Basel.


En Français

Aronson, J.A.S., K. (2011). Travail d’identité et gestion critique de service social : Équilibrage sur Tightrope ? Journal britannique du travail social, 41, 432-448.

Avis, J. (1999). Identité changeante : nouveaux états et la transformation du pratique-enseignement dans l’éducation courrier-obligatoire. Journal de l’enseignement professionnel et de la formation, 51(2), 245-264.

Balarin, M., Brammer, S., James, C., et McCormack, M. (2008). L’étude de gouvernement d’école. Bath : L’université de Bath.

Balduck, A. – L., Van Rossem, A., et Buelens, M. (2010). Identification des compétences des membres du conseil volontaires des clubs de sports de la communauté. Secteur sans but lucratif et volontaire trimestriel, 39(2), 213-235.

Baxter, J. (2011). Identités professionnelles de secteur public : étiolement ou évolution ; un examen de la littérature. de

Baxter, J. (2012a). L’impact de l’étude professionnelle sur les identités de enseignement en ligne des conférenciers d’enseignement supérieur :le rôle du journal européen de discours de résistance Open, de la distance et de l’apprentissage en ligne, 1(2).

Baxter, J. (2012b). Qui suis-je et ce qui me maintient ? Profilage de l’étudiant de distance. Examen international de recherche dans ouvert et l’enseignement à distance, 13(4).

Baxter, J. (2014, 010714). Briefing de politique : Le Trojan Horse, les médias et l’inspection d’Ofsted, briefing de politique découvrent la société. Recherché de

Baxter, J. (2015). Instruisez le règlement de gouverneur dans le paysage changeant de l’éducation de l’Angleterre. Gestion, administration et direction éducatives, en cours d’impression.

Baxter, J., et Clarke, J. (2013). Adieu à l’inspecteur de case ?Ofsted et le régime changeant de l’inspection scolaire en Angleterre. Examen d’Oxford de l’éducation, 39(5), 702-718.

Baxter, J., et Hult, A. (2013). Formation professionnelle pour l’inspection professionnelle : le rôle, la professionnalisme et le développement contrastants d’inspecteur en Angleterre et en Suède empaquettent présenté à la conférence d’ECER : Créativité et innovation dans la recherche éducative Istanbul, Turquie.

Baxter, J., et sage, C. (2013). Gouvernement de fédération : traduction ou transformation ? Gestion dans l’éducation : gouvernement spécial d’édition et gouvernement, 27(3), 106-111.

Baxter, J.A. (2012c). Qui suis-je et ce qui me maintient ? Profilage de l’étudiant d’enseignement à distance dans l’enseignement supérieur. L’examen international de la recherche dans ouvert et l’enseignement à distance, 13(4), 107-129.

Baxter, J.A.B. (2004). Recherche sur des facteurs de motivation derrière employer une deuxième langue en tant que moyens à gagner l’emploi. Recherché de http:/ 060906

Bradley, S., Johnes, G., et Millington, J. (2001). L’effet de la concurrence sur l’efficacité des écoles secondaires en Angleterre. Journal européen de la recherche opérationnelle, 135(3), 545-568.

Buisson-Fenet, H. (2005). Publique au prisme de l’usager de politisation de l’action de La : l’Education Nationale de dans de « Allègre de crise » de La de le cas de. Papier présenté au 14ème Colloque de international Politiques et gestion « Le management à l’épreuve de la politique public » public, Bordeaux.

Chapman, C., Lindsay, G., Muijs, D., Harris, A., Arweck, E., et Goodall, J. (2010). Gouvernement, direction, et gestion dans les fédérations des écoles. Efficacité d’école et amélioration d’école, 21(1), 53-74.

Chapman, C., Muijs, D., et MacAllister, J. (2011). Une étude de l’impact de la fédération d’école sur des résultats d’étudiant.

Clarke, J. (2007). Citoyen-consommateurs et réforme de service public : Aux limites du néolibéralisme ? Marchés à terme de politique dans l’éducation, 5(2), 239-248.

Farrell, J.M., Johnston, M.E., et Twynam, G.D. (1998). Motivation, satisfaction, et gestion volontaires à une compétition sportive d’élite. Journal de la gestion de sport, 12(4), 288-300.

Gunter, H.M. (2011). L’état et la politique de l’éducation : Le programme d’académies : Édition de Bloomsbury.

Harris, M. (2001a). Conseils : Juste filiales de l’état ? En M. Harris et C. Rochester (Eds.), organisations bénévoles et politique sociale en Grande-Bretagne. Londres : Palgrave.

Harris, M. (2001b). Organisations bénévoles dans une politique et environnement sociale en cours d’évolution en M. Harris et C. Rochester (Eds.), organisations bénévoles et politique sociale en Grande-Bretagne : perspectives sur le changement et le choix

Londres : Palgrave.

Hibbert, S., Piacentini, M., et Dajani, H.A. (2003). La motivation volontaire de compréhension pour la participation à un ‐ de la communauté a basé la coopérative de nourriture. Journal international du marketing sans but lucratif et volontaire de secteur, 8(1), 30-42.

Hough, A., McGregor-Lowndes., et Ryan, C. (2014). Embarquez la surveillance et le jugement comme processses de sensemaking en C. Cornforth et W.A. Brown (Eds.), le gouvernement sans but lucratif (Pp. 142-159). Londres : Routledge.

Husserl, E. (1997). Travaux rassemblés : Phénoménologie psychologique et transcendantale et la confrontation avec Heidegger (1927-1931) (vol. 6) : Éditeurs d’universitaire de Kluwer.

IFVR. (2014). Combien de personnes offrent régulièrement au R-U ?   1110215 recherchés, 2015, de

James, C., Brammer, S., Connolly, M., Fertig, M., James, J., et Jones, J. (2011a). Conseils d’administration d’école en Angleterre sous pression : les effets de la représentation socio-économique de contexte et d’école. Administration de gestion et direction éducatives, 39(4), 414-433.

James, C., Brammer, S., Connolly, M., Fertig, M., James, J., et Jones, J. (2011b). Conseils d’administration d’école en Angleterre sous pression : Les effets de la socio gestion éducative économique de résultats de contexte et d’école, administration et direction, 39(4), 414-433.

James, C., Brammer, S., Connolly, M., Fertig, M., James, J., et Jones, J. (2012). Les donateurs cachés : une étude des conseils d’administration d’école en Angleterre. Bath : L’université de Bath.

James, C., Goodall, J., Howarth, E., et chevaliers, E. (2014). L’état d’école régissant en Angleterre 2014. Birmingham : NGA et l’université de Bath

James, C., Jones, J., Connolly, M., Brammer, S., Fertig, M., et James, J. (2012). Le rôle de la présidence du gouvernance  des écoles  d’école en Angleterre. Direction d’école et gestion, 32(1), 3-19.

Kingdon, J.W., et Thurber, J.A. (1984). Ordres du jour, solutions de rechange, et ordres publics (vol. 45) : Peu, Brown Boston.

Lindsay, G., Muijs, D., Chapman, A., Arweck, E., et Goodall, J. (2007). Rapport final de l’évaluation de la politique de fédérations. Londres : Département pour des enfants, des écoles et des familles

Locke, M., Ellis, A., et Smith, J.D. (2003). Tenez dessus sur ce que vous avez : la littérature volontaire de conservation. Action volontaire, 5(3), 81-99.

Lupton, R., et Thomson, S. (2015). Le disque de la coalition sur des écoles : Politique, dépense et résultats 2010-15. Manchester : Centre pour l’analyse de l’exclusion sociale.

Lendemain-Howell, N., Hong, S. – I., et Tang, F. (2009). Qui tire bénéfice d’offrir ? Variations des avantages perçus. Le Gerontologist, gnp007.

Musick, M.A., et Wilson, J. (2003). Offrir et dépression : Le rôle des ressources psychologiques et sociales dans différentes tranches d’âge. La science social et médecine, 56(2), 259-269.

Nakano, L.Y. (2000). Offrir comme choix de mode de vie : Auto-identités de négociation au Japon. Éthnologie, 93-107.

NCL. (2013). Les leaders nationaux du programme de gouvernement ont recherché 020213, 2013, de

NCTL. (2015). Leaders nationaux de gouvernement.   010315 recherchés, 2015, du

Nias, J. (1981). Commitment et motivation dans les maîtres d’école primaires. Examen d’Ecucational, 33(3), 181-190.

ofsted (producteur). (2011). Bon gouvernement essentiel à l’amélioration d’école recherchée de

Ofsted. (2012). Le cadre pour inspection scolaire en septembre 2012. Dans Ofsted (Ed.). Londres : Ofsted.

Ofsted. (2013, 270213). L’inspecteur en chef soulève les enjeux pour des nouvelles d’Ofsted de gouvernement d’école. Recherché de

Ofsted. (2014a). Le tableau de bord de données.   010714 recherchés, 2014, de

Ofsted. (2014b). Le chef d’Ofsted dévoile le nouveau modèle pour l’inspection bonne et les écoles exceptionnelles ont recherché 090714, 2014, de

Ofsted. (2014c). Le manuel d’inspection scolaire (juillet 2014 pour l’usage à partir de septembre 2014). Londres : Ofsted.

Ozga, J., Baxter, J., Clarke, J., Grek, S., et pelouse, M. (2013). La politique du changement éducatif : Gouvernement et inspection scolaire en journal suisse de l’Angleterre et de l’Ecosse de la sociologie, 39(2), 37-55.

Patriotta, G. (2003). Sensemaking sur l’atelier : Récits de la connaissance dans Organizations*. Journal des études de gestion, 40(2), 349-375.

Reeve, J.M. (1992). Motivation et émotion de compréhension. Fort Worth : Éditeurs d’université de Jovanovich de croisillon de Harcourt.

Rochester, C., Ellis Paine, A., et Howlett, S. (2012). Offrir et société pendant le 21ème siècle. Basingstoke : Palgrave macmillan.

Schütz, A. (1967). La phénoménologie du monde social : P.R. du nord-ouest d’Univ.

Sharma, P., Chrisman, J.J., et Chua, J.H. (2003). Comportement de planification de la relève comme prévu : Quelques résultats empiriques. Examen d’affaire de famille, 16(1), 1-15.

Singh, V., Vinnicombe, S., et James, K. (2006). Construction d’une identité professionnelle : comment les jeunes directeurs féminins emploient des modèles. Femmes dans l’examen de gestion, 21(1), 67-81.

Søreide, G.E. (2007). Le visage public de la construction d’identité-récit de professeur de l’identité de professeur dans des documents d’ordre public. Journal de la politique de l’éducation, 22(2), 129-146.

Van Willigen, M. (2000). Avantages différentiels d’offrir à travers le cours de la vie. Les journaux des séries B de gérontologie : Les sciences psychologiques et les sciences sociales, 55(5), S308-S318.

Vignault, K., et Fortin, O. (2014). Ressource de Le patient : l’apport de quel versent des patients de DES de participation de La ? D’urgence de microchirurgicale de revascularisation d’OU de réimplantation d’en d’expertise de centre de Le cas du. (CEVARMU) du Centre de l’Université de hospitalier Montréal (COPAIN). Le papier a présenté aux patients dans l’écosystème de santé, Paris de Colloque Les.

Weick, K.E., Sutcliffe, K.M., et Obstfeld, D. (2005). Organisation et le processus de sensemaking. La Science d’organisation, 16(4), 409-421.

Weik, K. (2001). Sembler raisonnable de l’organisation. Londres : Blackwell.

Wenger, E. (1998). Les Communautés de la pratique : Étude de la signification et de l’identité. New York : Presse d’Université de Cambridge.

Wikström, C., et Wikström, M. (2005). Inflation de catégorie et concurrence d’école : une analyse empirique basée sur les écoles secondaires deuxième cycle suédoises. Sciences économiques de l’examen d’éducation, 24(3), 309-322.

Yeung, A.B. (2004). Le modèle d’octogone de la motivation volontaire : résultats d’une analyse phénoménologique. Voluntas : Journal international des organisations à but non lucratif volontaires et, 15(1), 21-46.

Zimmeck, M., et Rochester, C. (2011). Quelque chose vieille, quelque chose nouvelle, quelque chose empruntée, quelque chose bleue : L’approche du gouvernement à offrir en Angleterre depuis 1997 ‘. Papier présenté à la conférence des études de philanthropie, Européen Univerrsity de service volontaire, Bâle.

Election Countdown – British Values and the Horse that never was.

The spectre of 'British values' is infusing education policy

Jacqueline Baxter, The Open University

The Trojan Horse affair in Birmingham schools last year has left an indelible mark on the education system and the ensuing debate on the need for schools to uphold “British values” has infused parties’ proposals for education. This is despite a final report into the affair by the House of Commons education committee which concluded that apart from one incident, no evidence of extremism or radicalisation was found in any of the schools involved and there was “no evidence of a sustained plot”.

Guidelines for schools on embedding British values were introduced in November 2014 and were designed to:

Tighten up the standards on pupil welfare to improve safeguarding and on spiritual, moral, social and cultural development of pupils to strengthen the barriers to extremism.

These guidelines were also an attempt to shore up a national identity at a time of increasing threats from fundamentalism. But the move has caused anger in religious schools such as St Benedict’s Catholic Secondary School in Bury St Edmunds, which was downgraded by the schools’ inspectorate Ofsted last year for failing to prepare students for life in modern Britain.

Conservative backlash

The whole idea of British values may have been conceived by the former Conservative secretary of state for education, Michael Gove, but feelings in his party on the issue are running high. Edward Leigh, Conservative MP for Gainsborough, recently argued in the House of Commons that Ofsted was waging a war against faith schools with the policy, citing the recent announcement to close the Christian-ethos Durham Free School.

This tension between nationalism and faith places the Conservatives in an uncomfortable position. Although the party has declared its intention to forge ahead with the expansion of its academy and free schools programmes (many of which will presumably be faith-based), it has vacillated in its support of Ofsted in a number of areas, including the policing of British values.

The Conservatives have been seemingly content to use the inspection system to drive their academy and free school programme, by enjoining schools judged to be weak to become academies, yet also reluctant to allow it to perform thorough inspections of academy chains. Recent developments have moved the inspectorate a little closer to doing this, but Ofsted still has to stop short of offering an actual judgement on the overall performance of multi-academy trusts.

Diverging views on ‘British values’

Meanwhile, UKIP has specifically mentioned British values in its proposals for education, stating: “UKIP supports the principle of free schools that are open to the whole community and uphold British values.” This infers that those schools found to be lacking in this area would not be supported. UKIP also states that parents and governors would have the power to trigger snap inspections, potentially exacerbating Ofsted’s already contentious role in this issue.

In contrast, Labour’s Tristram Hunt, writing in The Observer, described British values as a ministerial fad and announced Labour’s intention to reform and de-politicise Ofsted.

The Liberal Democrats have spoken out on a number of occasions about their concern in labelling values as specifically British. In an interview last June with The Independent, its leader Nick Clegg expressed concern that imposing British values in schools could alienate moderate Muslims. But since then the whole issue surrounding British values has not been confined to those holding Muslim beliefs but has been the subject of heated discussion within a number of other faith groups too.

The Green Party talks in terms of human values rather than British ones but firmly declares that, “no publicly funded schools shall be run by a religious organisation” and that “privately run schools run by religious organisations must reflect the inclusive nature of British society.” It also states that faith schools will not be allowed to opt out of equality and diversity legislation, nor will they be allowed to promote homophobia or transphobia on the grounds of religion.

The Greens are also proposing that Ofsted be dismantled and replaced by a local system of accountability shared between each local authority and a new National Council of Educational Excellence. Speaking to the TES in February, Green leader Natalie Bennett argued that Ofsted has become very damaging and that parachuting inspectors in every few years was not an appropriate form of accountability.

Governance issues

It is somewhat ironic that the incident that initiated the whole issue around British values and their promotion in education is not only widely viewed as a hoax, but also rooted not in extremism but in inadequate governance and oversight.

Debates around incorporation of the policing of British values into the inspection schedule, Ofsted’s heavy-handed approach in policing them and the conflation of the whole idea of British values with the fight against extremism, are not going to disappear overnight. Nor are the accusations that what began as a failure of governance in 21 Birmingham schools has since been used to downgrade and close many others.

In considering any future policies on accountability and oversight, the next government will have to think very carefully about what is to be done with the spectre of British values or wake up with a severe post-election hangover from the last administration’s policies.

This article was originally published on The Conversation.
Read the original article.